Imprimer Partager
  16
  02

Exposition "Interstices - Opus I", un projet vidéo et photographique hybride


Tunis
Institut français de Tunisie (20-22, avenue de Paris)
jeu, 16/02/2017
mer, 08/03/2017

Du 16 février au 8 mars, la galerie de l'Institut français de Tunisie a le plaisir d'accueillir l'exposition "Interstices - Opus I" de Haythem Zakaria. Le vernissage aura lieu le jeudi 16 février à 18h.

 

Le titre est tiré du latin interstitium, de inter ("entre") et stare ("se tenir").
 Il fait référence à l’intervalle spatial mais aussi à l’intervalle temporel et rythmique dans l’"entre".

 

"Interstices" est un projet vidéo et photographique hybride. Hybride dans la mesure où il confronte une image "cinématographique" à tout un processus numérique visant à compléter et ainsi augmenter, rendre meta l’ensemble. 
En partant de prises de vues d’un paysage désertique (le désert tunisien et plus précisément la ville oasis de Nefta), des géométries sous-jacentes se dévoilent périodiquement.

Le paysage est questionné holistiquement par le prisme du dispositif audiovisuel afin de dévoiler un ordre caché et métrique. Quant au plan, il est en perpétuel renouvellement. Un jeu fragile oscillant entre la rythmique du vide et du plein. Il questionne non pas la notion d’un hors cadre mais bien celui d’un "au-delà".

 

Biographies des artistes :

 

Haythem Zakaria

Né en 1983 à Tunis, vit et travaille actuellement en France.

Ses créations plastiques, largement imprégnées de spiritualité soufie, mettent en œuvre des techniques visuelles non conventionnelles (glitch, méta-image, ciné-process) qui l’orientent et l’impliquent dans l’expérimentation de dispositifs génératifs en temps réel. Ainsi, il est conduit à explorer des procédés visant à "sur-réaliser" l’image par intégration, greffe, superposition d’informations formelles visuelles ou sonores. Ses créations sont le fruit d’une introspection vers l’image, par l’image et dans l’image. Elles révèlent des univers multiples et insoupçonnés générant comme des partitions visuelles qu’il convient de lire ou déchiffrer par la sensation immédiate et la réflexion.

La notion de "Connexion" associée à celle de "Caché/Apparent" agissent le plus sûrement au cœur de l’activité créatrice de cet artiste plasticien, dont les préoccupations consistent à susciter l’interaction avec l’autre et invitent cet autre à ouvrir un chemin vers le moi intérieur.

 

Nicolas Charbonnier | HOGO

Né en 1985, vit et travaille à Paris.

Plasticien sonore, il est membre du collectif "COMPOSIT".

Son travail navigue entre compositions électroacoustiques et installations sonores. Les frontières entre espaces publics et espaces privés, entre mémoire collective et mémoire personnelle, entre bruit informationnel et silence de l’intime, sont toujours présentes en filigrane dans ses pièces. Désirant créer des univers riches et vivants, basés sur des scintillements organiques, Nicolas utilise l’auto-génération sonore aléatoire pour que ces frontières soient en mouvement constant. Cela se traduit esthétiquement par un dialogue entre un travail sur le fieldrecordings et l’étude de diverses techniques de synthèse audio.

 

Arafat Sadallah

Né en 1981, travaille et vit à Paris.

Arafat Sadallah est philosophe, il travaille sur les questions liées au concept de la représentation dans la pensée arabe. Il est aussi collaborateur artistique dans la plateforme SIWA : espace de réflexion et expérimentation sur l’art arabe contemporain.

 

Mots-clefs: 

Ajouter un commentaire