Imprimer Partager
  09
  11

Projection-débat : "Commémoration 1918-2018"


Tunis
Institut français de Tunisie - Auditorium (20-22, avenue de Paris)
ven, 09/11/2018 - 18:30

À l’occasion du Centenaire de la fin de la Première Guerre Mondiale, et dans le cadre des cérémonies du 11 novembre, l’Institut français de Tunisie vous propose une grande soirée de commémoration, en partenariat avec le Souvenir Français et l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), le vendredi 9 novembre.

 

Dès 18h30, suivez la projection du documentaire français réalisé par Isabelle Clarke et Daniel Costelle, Apocalypse - Enfer (2014, 52 min). Puis, à 20h, autour de Oissila Saaidia, directrice de l’IRMC, prenez part au débat sur "La Tunisie et la Grande Guerre", avec 3 intervenants spécialistes du sujet : Habib Kazdaghli, Ali Ait Mihoub et Pierre-Emmanuel Gillet.

 

Habib Kazdaghli, professeur des université spécialiste de l'époque contemporaine, ancien doyen de la Faculté des lettres, des arts et des humanités de l’Université de la Manouba est responsable de l'équipe "Histoire et mémoire" au sein du laboratoire de recherche qu’il dirige "Régions et ressources patrimoniales"

 

Ali Ait Mihoub est chercheur à l’Institut supérieur de l’Histoire de la Tunisie contemporaine. Ses travaux portent sur l’histoire militaire de la Tunisie au cours de la première moitié du XXème siècle, et sur particulièrement la participation de la Tunisie et des Tunisiens dans la Grande Guerre.

 

Pierre-Emmanuel Gillet est docteur en Histoire ancienne, délégué Général du Souvenir Français pour la Tunisie, référent pédagogique du pôle mémoire du Service des Anciens Combattants et victimes de guerre en Tunisie et enseignant-chercheur au lycée français Gustave Flaubert. Il a dirigé la publication du livre Abdallah, tirailleur tunisien en 14/18 et fut commissaire de l'exposition La Tunisie et la Grande Guerre : sur le chemin de la mémoire partagée.

 

Résumé du film :

Septembre 1915. Des millions d’hommes sont pris dans le piège d’une guerre immense.

Des tranchées de France aux montagnes italiennes ou des Balkans, jusqu’aux portes de l’Orient, l’Europe entière s’est enflammée.

Nouvelles armes, nouvelles défenses, la guerre est désormais industrielle et chimique. Les combats atteignent une violence jusque-là inconnue. L’artillerie pilonne. Les attaques se font au gaz, aux lance-flammes, aux shrapnels, mélange de poudre et de billes de plomb qui fracassent les visages et les corps. Les assauts sont terrifiants, suicidaires. Des orages d’acier brisent les tympans et rendent fous les soldats. Les blessures sont affreuses, les conditions de vie et d’hygiène dans les zones de combat sont catastrophiques, les épidémies font des ravages… C’est l’enfer.

En France, les Allemands lancent en février 1916 une grande offensive sur Verdun. Les Français tiendront coûte que coûte. Dans la Somme, la bataille la plus sanglante de la guerre commence le 1er juillet 1916. En quelques heures, l’armée britannique perd 30 000 hommes. Cinq millions d’hommes sont déjà morts en 16 mois. Mais, pour les grands chefs, le coût humain et matériel est tellement élevé qu’il faut que l’ennemi paie et que la guerre continue. Comment arrêter cette folie ? Comment mettre fin à cette rage ?

 

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

 

Video: 
Mots-clefs: 

Commentaires


merci

Ajouter un commentaire